Comment ouvrir une salle de sport en 2022 ? Le guide complet

Voici le Guide Ultime pour savoir comment ouvrir une salle de Sport en 2022.

En 2019, il y avait en France plus de 6,2 millions d’abonnés dans plus 4.400 salle de sports, générant plus de 2.6 milliards d’euros de chiffre d’affaires. En 2020, 66 % des Français pratiquaient au moins une fois par semaine une activité sportive.

Vous voulez créer votre club ou salle de fitness ? Suivez le guide.

Chapitre 1 :
Les questions à vous poser avant de vous lancer

Le secteur de la santé et du fitness est très porteur, et regorge d’opportunités pour celui qui décide d’ouvrir sa salle de sport. Toutefois, monter une salle de sport, comme toute création d’entreprise, est une véritable aventure entrepreneuriale, et un projet de vie.

Il est donc important de vous poser quelques questions avant de vous lancer, pour éviter une perte de temps, d’argent, et une désillusion.

Pourquoi voulez-vous ouvrir une salle de sport ?

La première question n’est pas « comment ouvrir une salle de sport ? », mais « Pourquoi ouvrir une salle de sport ?». Beaucoup de futurs dirigeants de clubs nous fournissent cette réponse : « Parce que j’aime le fitness et la musculation ». Et c’est un excellent argument, mais qui n’est pas suffisant.

Ouvrir une salle de sport, c’est bien sûr aimer le sport, mais c’est aussi aimer :

  • Enseigner un mode de vie sain à d’autres personnes,
  • Changer la vie des gens, aider, et pas seulement « louer des machines »,
  • Les relations humaines,
  • Gérer une entreprise, et les équipes qui la composent,
  • Gérer un budget, des coûts, des tâches administratives,
  • Le métier de commercial,
  • Le métier de commercial (j’insiste sur ce point car il est crucial, mais nous y reviendrons)

     

Si vous souhaitez uniquement louer un local pour y mettre à disposition des machines, alors réfléchissez à deux fois avant de vous lancer dans la création d’une salle de sport, car le secteur du fitness est très concurrentiel, et ouvrir un club nécessite une vision entrepreneuriale.

Aimez-vous les relations humaines ?

Tenir une salle de sport, c’est aimer l’humain : aimer convaincre quelqu’un qu’il doit s’inscrire dans votre club, l’inciter et le motiver à revenir s’entraîner, enseigner les bons mouvements et les bonnes pratiques, et maintenir une relation de confiance pour fidéliser.

Créer et gérer un club de fitness, c’est une aventure humaine, une aventure de conquête et de fidélisation.

Êtes-vous passionné, et prêt à vous investir ?

Comme pour toute jeune entreprise, la création et la gestion d’une salle de sport nécessitent un investissement de temps conséquent. Quand vous commencez, vous faites la plupart du temps tous les jobs à la fois : ouverture, fermeture, commercial, coaching, gestions des comptes clients, emplois du temps, ménage, déclarations sociales, etc. Vous devez être prêt à passer la majorité de votre temps dans votre salle.

Vous devrez veiller à ce que votre nouvelle vie professionnelle, très prenante au départ, puisse coexister avec votre vie privée. C’est un aspect important à prendre en compte, car votre temps personnel sera réduit par votre nouvelle activité.

C’est simple, vous devrez être un chef d’entreprise passionné, pas seulement un passionné de sport. Et si vous l’êtes, vous pourrez créer un business rentable de votre passion, et déléguer progressivement toutes les tâches chronophages.

Êtes-vous prêt à faire du commercial ?

Si la passion et l’amour des relations humaines sont essentiels dans la réussite de votre salle, la partie commerciale l’est tout autant. Si vous demandez à un dirigeant de club quel est son défi du moment, il vous dira certainement « Obtenir plus de prospects et clients ».

70 % de votre temps de dirigeant sera consacré à deux choses :

  • Vendre votre produit (au téléphone, par mail, et surtout en face-à-face)
  • Accompagner et fidéliser vos abonnés.

Faire du commercial et fidéliser vos abonnés est donc le nerf de la guerre du métier. Vous devez chaque jour aller chercher vos prospects, en passant du temps au téléphone, par mail, en organisant des rendez-vous et des séances d’essai. Vous devez également prendre du temps pour les relancer, les convertir, et les fidéliser.

Pour garantir le succès de votre salle de sport après sa création, il est essentiel de savoir dès le début si vous prêt à faire ce gros travail commercial et à passer la plupart de votre temps à communiquer avec vos clients, actuels et futurs.

Projet d’ouverture de salle de sport

Indépendant ou franchisé ?

Le choix de l’indépendance

Être indépendant, c’est être le patron de son entreprise, avec une liberté et une autonomie totales. Vous définissez votre concept, votre identité, vous fixez librement vos prix, vos services et activités, vous choisissez votre propre matériel et équipement, etc.

Chaque aspect de l’ouverture de votre salle de sport dépend de vos envies et de votre personnalité. Cette liberté vous permet également de choisir votre type de client et de vous entourer de collaborateurs alignés avec votre vision du sport et de la santé.

Mais indépendance signifie aussi responsabilité. Vous devez supporter seul (ou à plusieurs si vous avez des partenaires) le coût conséquent de l’ouverture de votre club de sport, qui peut représenter un gros investissement selon votre concept, la taille de votre local, votre aménagement, et votre recrutement.

Autre défi : vous n’utilisez pas une marque connue, mais la créez à partir de 0. Vous devrez donc construire votre renommée pour attirer des clients, négocier des prix avec des fournisseurs, convaincre les banques de la viabilité de votre projet de salle de sport.

Le choix de la franchise

Être franchisé, c’est ouvrir votre salle sous le nom d’une société mère qui est déjà bien établie et qui jouit d’une notoriété certaine. En France, nous pouvons citer Fitness Park, Basic Fit, Keep Cool, etc.

Faire partie d’une franchise apporte de nombreux avantages. Vous bénéficiez du renom et de l’image de la marque, ce qui vous offre une légitimité auprès des clients potentiels qui connaissent la franchise et le type de services offerts. Il vous est ainsi moins difficile de vous créer une place dans le marché et d’attirer plus rapidement des adhérents.

Vous bénéficiez également du réseau, de l’expérience et du savoir-faire de la marque, qui vous aide à ouvrir et installer votre salle et propose en général des formations spécifiques pour vous améliorer.

Votre investissement financier sera enfin moins important que si vous ouvrez votre salle en indépendant.

A l’inverse, vous aurez moins d’autonomie au niveau de la stratégie de marque, car il ne s’agit pas de votre propre image. Vous devez répondre à un cahier des charges strict et êtes limités par les équipements et les cours déjà existants. Vous ne pouvez ainsi pas fixer vos propres prix et proposer de nouvelles offres ou de nouvelles activités.

Enfin, vous devez payer des frais d’entrées et verser chaque année un pourcentage de votre chiffre d’affaires (correspondant à la franchise pour l’utilisation du nom de la marque).

Dessin d’un projet de salle de sport

Le choix de la reprise d’une salle de sport

Si créer votre salle de fitness à partir de 0 vous paraît trop difficile et que faire partie d’une franchise ne vous intéresse pas, il existe une autre solution : reprendre une salle déjà existante.

Reprendre une salle de sport vous demande un apport financier important mais vous simplifie aussi la vie sur de nombreux aspects :

  • Vous pouvez reprendre le fonds de commerce et récupérer ainsi tout le matériel et les équipements,
  • Vous pouvez reprendre la société et garder ainsi les salariés sans effectuer de transition lourde administrativement,
  • Vous récupérez une notoriété déjà construite,
  • Vous récupérez une base de clients déjà existante, que vous pourrez développer.

Si reprendre une salle de sport vous intéresse, gardez en tête que vous devez avant toute chose réaliser une évaluation complète de la salle pour en évaluer sa rentabilité, car beaucoup de clubs sont en vente justement car l’activité n’était pas suffisamment rémunératrice.

Cela signifie évaluer l’état de santé de la société, le montant des prélèvements, analyser les bilans, la zone de chalandise, les conditions du bail, l’état du bâtiment, les conditions d’accès, l’état des équipements et du matériel (pour un renouvellement potentiel), le respect des normes de sécurité et d’hygiène, l’authenticité des diplômes de vos futurs salariés, etc.

Afin de rendre cette étape d’évaluation plus simple et d’établir plus sûrement la viabilité de ce projet, nous vous recommandons de réaliser un audit d’acquisition par un professionnel.

Finalement, que vous choisissiez d’entamer une création de salle de sport à partir de 0, de devenir franchisé ou de reprendre une salle déjà existante, l’important est de déterminer ce qui correspond le mieux à votre budget, à vos envies et à votre projet.

Schéma des options pour la création d’une salle de sport

Quels diplômes pour ouvrir une salle de sport ?

Peut-on ouvrir une salle sans diplôme ? Oui, il n’est pas nécessaire d’avoir de diplôme pour ouvrir une salle de sport. Toutefois, ouvrir un club sera plus ou moins compliqué selon votre parcours académique. Des études de droit, de marketing, de commerce, de finance ou de gestion d’entreprises vous offrent plus de facilités pour préparer votre dossier et vous lancer.

Si vous souhaitez assurer l’encadrement de vos adhérents et devenir accompagnateur, coach sportif ou professeur dans une salle de sport, vous devrez alors impérativement suivre une formation et recevoir un diplôme d’État :

  • Une licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), qui vous permet de choisir parmi un grand nombre de spécialisations,

  • Un DEUST (Diplôme d’Études Universitaires Scientifiques et Techniques), qui vous propose des parcours professionnalisants rapides comme l’ADECS (Agent de Développement de Club Sportif) ou l’ACSS (Animation et Commercialisation de Services Sportifs),

  • Un Brevet professionnel JEPS (Jeunesse, Éducation Populaire et Sport), qui forme au métier d’animateur. Si vous souhaitez devenir coach sportif, vous pouvez vous tourner vers la spécialité ‘‘Éducateur sportif mention activités de la forme’’,

  • Un Diplôme d’État JEPS, qui vous permet d’enseigner dans des disciplines visant la remise en forme et la performance, notamment pour des compétitions,

  • Un CQP ALS (Certificat de Qualification Professionnelle Animateur de Loisir Sportif), qui est le premier niveau de qualification permettant d’encadrer une activité physique dans un but d’initiation et de loisir.
Schéma résumé des diplômes pour ouvrir une salle de sport

Chapitre 2 :
Préparer le projet de salle de sport

Pour ouvrir une salle de sport, vous aurez besoin de connaître parfaitement votre marché, de déterminer comment vous positionner, de créer un concept unique, et de prévoir votre stratégie financière sur plusieurs années pour convaincre des investisseurs.

En clair, vous devez préparer théoriquement votre projet de salle de sport avant de pouvoir passer aux étapes concrètes.

Faire une étude de marché

Vous savez que vous allez ouvrir une salle de sport. Mais où ? Pour quelle cible ? Avec quel concept ? Et à quel prix ?

Répondre à ces questions va déterminer le succès et la santé financière de votre projet de salle de sport. Et pour cela, vous allez devoir réaliser une étude de marché.

Le terme fait peur, mais il s’agit simplement de dresser un portrait fidèle de votre marché dans la zone géographique qui vous intéresse. Le but de cette étude de marché est de vérifier s’il y a une réelle opportunité pour vous dans la zone visée, et de vous aider à mettre sur pieds un projet viable et rentable. Comment ouvrir une salle de sport ? L’étude de marché va vous donner des éléments de réponses.

Exemple d’études de marché pour une salle de fitness

Vous allez :

  • Étudier les tendances du marché national, compiler les informations clés sur celui-ci : nombre de pratiquants, croissance du secteur, nombre de créations de salles de sports les années précédentes, activités qui marchent le mieux, comportements des différents pratiquants, etc.
  • Étudier le marché local : nombre d’habitants dans la zone qui vous intéresse, nombre d’entreprises et d’employés dans la zone, accessibilité de la zone (bus, métro, tram, etc.), parkings dans la zone, etc.
  • Étudier les concurrents déjà présents dans la zone : nombre de concurrents, situation géographique, concepts, prix appliqués, activités proposées, matériel utilisé, nombre d’adhérents, présence digitale, canaux de communication, etc.
  • Déterminer les points forts et les points faibles de vos concurrents,
  • Établir le profil de votre client cible idéal : âge, sexe, activité professionnelle, niveau de revenu, mode de déplacement, besoins en santé et sport, services attendus d’une salle de sport, etc.

A partir de ces informations, vous pourrez déterminer quel est l’emplacement idéal pour implanter votre club, quels sont les services que vous devriez mettre en place pour servir une cible clairement identifiée, comment vous différencier des concurrents, c’est-à-dire comment créer une offre de service qui vous garantira un succès commercial. Ces informations constitueront une partie centrale de votre Business Plan.

Pour trouver les informations nécessaires à votre étude de marché, internet regorge de ressources : site de l’INSEE, études privées réalisées par des organismes comme Xerfi, études publiques, chiffres du secteur sur le site Europe Active, Societe.com, Google Maps, etc.

Définir votre concept

Une fois votre étude de marché finalisée, vous avez tous les éléments pour définir le concept de votre salle de sport.

En France, le secteur du Fitness n’a jamais eu autant d’acteurs et une telle densité de clubs. C’est simple : il y a des clubs partout, et chaque jour compte une nouvelle création de salle de sport. Dans ce contexte, un bon concept est crucial pour vous démarquer de vos concurrents, pour apporter une proposition de valeur unique à vos futurs membres, et pour connaitre un succès économique.

Comment créer un bon concept ?

Demandez-vous comment votre salle de sport va changer la vie de ses adhérents, et avec quels outils (services, matériel, équipements, prix, ambiance, etc.). Vous pouvez vous appuyer sur les résultats de votre étude de marché, sur les tendances fitness, et sur vos affinités et votre vision du sport, etc.

Centre d’Électrostimulation, centre de coaching, salle multisport, box de CrossFit, studio de Yoga, salle de sport pour femmes… les concepts ne manquent pas. L’important est de créer le bon, en accord avec vos passions, votre vision, et la réalité économique du marché.

Notez que quel que soit votre concept, celui-ci devra s’adapter à la réalité matérielle de vos recherches, notamment le choix du local, l’installation actuelle ou prochaine d’un concurrent dans votre zone de chalandise, etc. De même, selon le choix de votre concept, les règles et la demande en équipement, aménagement et staff peuvent énormément varier.

Photo d’une création de concept de club de sport

Tester votre concept de salle de sport : questionnaires et analyses Pestel et SWOT

Afin de tester l’intérêt et la viabilité de votre projet, il est important de tester votre concept, pour savoir s’il va plaire et attirer un public.

Ces tests peuvent passer par des enquêtes ou des questionnaires postés sur les réseaux sociaux dans la zone géographique qui vous intéresse. Vous recueillez ainsi les avis des résidents et des travailleurs sur leur intérêt, ce qu’ils recherchent dans une salle, ce qu’ils ne veulent pas retrouver, etc.

Ces tests peuvent également prendre la forme d’analyses marketing, et notamment d’une analyse PESTEL et SWOT de votre salle de sport.

 

L’analyse SWOT de votre concept de salle de sport

Le SWOT, ou FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces), est un outil d’analyse stratégique à rédiger avant de monter une salle de sport. Il prend la forme d’un tableau qui vous permet d’avoir une vue d’ensemble sur votre concept, montrant les forces et les faiblesses de votre projet de salle de sport face à la concurrence, ainsi que l’existence d’opportunités et de menaces pour le développement de votre salle.

Concrètement, vous allez devoir lister, en comparant votre situation à celle vos concurrents, votre forces, faiblesses, opportunités et menaces.

Voici un exemple d’analyse SWOT de salle de sport, appliqué à un club premium située en centre-ville :

Analyse Swot pour une salle de sport


L’analyse PESTEL de votre salle de sport

L’analyse PESTEL est un outil marketing complémentaire au SWOT qui vous permet d’établir les facteurs macroéconomique pouvant influencer votre concept et impacter l’activité de votre salle de sport.

Cette analyse de votre environnement  se divise en 6 domaines macroéconomiques, 6 facteurs externes qui peuvent avoir un impact positif ou négatif sur votre entreprise. : le domaine Politique, Économique, Socioculturel, Technologique, Écologique et Légal. 

Vous devez donc lister dans l’analyse Pestel tous les facteurs déterminants pour votre futur salle de sport.

Voici un exemple d’Analyse Pestel pour une salle de sport classique :

Analyse Pestel pour une salle de sport

Ces analyses PESTEL et SWOT de votre concept de salle de sport vous permettent d’avoir une vue d’ensemble de celui-ci, de mettre en valeur les points à améliorer, adapter ou modifier, pour garantir un bon développement.

Ces analyses, accompagnées de l’étude de marché et de la présentation de votre concept, seront inclues dans votre business plan. Elles seront essentielles pour convaincre de potentiels investisseurs qui veulent mesurer la force de votre concept.

Construire le Business Plan de votre salle de sport

Le business plan est LE document essentiel pour ouvrir une salle de sport. Il s’agit d’un support qui va présenter l’articulation commerciale (étude de marche, présentation du concept) et financière (besoin de financement, business model, prévision financière) de votre projet, afin que vous et votre partenaires stratégiques (banques, investisseurs, associés) en ayez une vision parfaitement claire.

Véritable feuille de route, votre business plan va vous permettre d’avoir une vision globale mais précise votre projet, et de mettre en lumière les axes d’amélioration, les imprécisions. Il témoignera de la viabilité du projet, en présentant notamment une prévision financière sur au moins 3 ans.

Votre business plan de salle de sport sera un mélange entre des parties rédactionnelles, et des parties uniquement chiffrées. Il devra contenir notamment :

  • Votre étude de marché, et votre analyse de celle-ci, justifiant la mise en place du projet,
  • Votre concept, ses forces, ses faiblesses (cf. analyses Swot et Pestel),
  • Votre stratégie de développement : plan de communication, campagnes marketing,
  • Votre stratégie de gestion : statut juridique, stratégie d’embauche,
  • Vos coût principaux : local, travaux, machines, coachs, etc.,
  • Votre business model, votre structure de revenu (comment vous aller gagner de l’argent),
  • Votre besoin de financement,
  • Des tableaux financiers présentant : votre prévision financière sur au moins 3 ans avec bilan et compte de résultat prévisionnels, un tableau de financement.
Un homme prépare un business plan pour une salle de sport

La partie financière de votre business plan va comprendre un ensemble de tableaux financiers essentiels, notamment votre compte de résultats prévisionnels, votre bilan prévisionnel, ainsi qu’un plan de financement, qui vont montrer le potentiel de rentabilité de votre projet.               

Il s’agira notamment d’établir le montant des investissements à faire – travaux, équipements, recrutement -, de détailler votre modèle d’abonnements (que ce soit à la carte, au forfait, les offres fidélité, etc.), de montrer comment fonctionne votre Business model.

Le Business Plan est donc un document essentiel pour convaincre vos partenaires (banques, investisseurs privés, associés, famille) de vous faire confiance et d’investir dans le projet de salle de sport, vous permettant de le mettre en place.

Chapitre 3 :
Financer votre projet d’ouverture de salle de sport

Ouvrir une salle de sport requiert un investissement financier important. Vous aurez besoin de fonds pour couvrir les coûts  de construction ou de location, les coûts des travaux d’aménagement, de l’achat des équipements et matériels, de vos embauches, de vos assurances, de vos logiciels de travaux, de l’entretien, etc.

Vous devrez donc estimer précisément tous ces coûts, afin de pouvoir les intégrer dans votre business plan, puis solliciter des partenaires pour financer votre projet.

Quel est le budget moyen pour ouvrir une salle de sport ?

Le budget moyen pour ouvrir une salle de sport dépend de sa taille, de con concept, et de son emplacement. Selon ces critères, le budget pourra aller de 100.000 – 200.000 euros à 400.000 euros pour une salle de sport classique. Ce budget peut atteindre un prix de plus de 800.000 euros voire plusieurs millions pour une grande salle de sport haut de gamme.

Si vous décidez de devenir franchisé, vous devrez faire un apport qui peut être conséquent, variant entre 15.000 euros et 150.000 euros selon le cas en question.

Le budget pour ouvrir une salle de sport est donc conséquent, et va dépendre de votre projet. S’il y a des coûts de construction, le budget peut vite exploser. Il est donc important de bien se préparer.

Vers qui vous tourner pour financer votre ouverture de club ?

À moins de posséder de belles économies, vous aurez du mal à financer tout seul votre projet de salle de sport, surtout s’il y a des coûts de construction. Vous devrez donc vous tourner vers des investisseurs, et notamment les institutions financières.

Selon la viabilité de votre projet et le respect de conditions précises, les banques pourront vous accorder un emprunt professionnel. Toutefois, elles demanderont un apport personnel d’au moins 25%, voire 30 %. Sans cet apport, il sera plus compliqué d’obtenir un prêt, et si vous y parvenez vous devrez vous endetter lourdement et pour une très longue durée. Prenez rendez-vous avec différentes banques pour discuter de votre projet et trouver le partenaire qui vous proposera le meilleur marché.

L’alternative à la banque est bien sûr l’investisseur privé, comme un fond d’investissement, un investisseur indépendant, ou encore une connaissance en quête de retour sur investissement. Pour les convaincre, votre personnalité de gérant et votre business plan seront déterminants.

Il est également possible de demander une aide financière à l’État, qui peut être au niveau national, régional ou local. Rapprochez-vous de votre Chambre de Commerce et de l’Industrie pour connaître ces aides potentielles.

Il existe aussi le financement participatif, ou crowdfunding, qui vous permet de demander aux particuliers de vous aider à financer votre projet. Pour les remercier de leur participation, vous pouvez offrir des contreparties, comme des abonnements, des cadeaux, etc.

Enfin, la love money, l’argent emprunté auprès de votre famille et de vos amis, reste une des sources principales dans le financement de petites structures sportives.

Notez que ces différents financements peuvent être cumulés afin d’obtenir tous les fonds nécessaires pour ouvrir et gérer votre nouvelle salle de sport.

Personnes calculant leur budget pour ouvrir une salle de sport

Chapitre 4 :
Créer votre entreprise

Si votre Business Plan a permis de convaincre des investisseurs et que le financement de votre projet  de salle de sport se présente bien, alors vous devez créer votre entreprise, la structure légale qui portera toute votre aventure.

Vous aurez le choix entre plusieurs statuts juridiques, parmi lesquels vous aurez normalement déjà choisi le vôtre pour le présenter dans votre Business Plan. Ces statuts auront un impact important sur votre régime fiscal et social et son mode de gestion. Voici les principaux statuts.

La SARL

La Société À Responsabilité Limitée est la forme juridique de salle de sport la plus répandue. Elle requiert deux associés au minimum, et son dirigeant a le statut de travailleur non salarié (ce qui est fiscalement avantageux).

Avec la SARL, vous créez une personne morale, dont le capital social est constitué de vos apports, et qui est soumise à l’impôt sur les sociétés. C’est un statut qui offre une grande sécurité juridique, car en cas de faillite, vous ne serez engagés qu’à hauteur de vos apports.

La SAS

La Société par Actions Simplifiées est une forme juridique plus flexible que la SARL, car les membres peuvent déterminer librement les statuts, rédiger un pacte d’associé permettant de préciser un grand nombre de conditions, et injecter un capital social sans minimum requis.

C’est une forme juridique qui est souvent choisie s’il y a plusieurs investisseurs au capital de l’entreprise, le pacte d’associé permettant de gérer 100% des détails de fonctionnement, des droits de chacun, et des méthode de partage des bénéfices.

Si vous n’avez pas d’investisseurs ni plusieurs associés, ce modèle ne sera pas le plus adapté, car le salaire du dirigeant est plus taxé que le salaire du travailleur non salarié de la SARL.

L’EURL

L’EURL, ou Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée est une SARL où seul un associé est nécessaire. Ce régime bénéficie également de la souplesse de compatibilité avec l’auto-entreprenariat.

Vous pouvez également choisir de créer une entreprise individuelle. Cette forme juridique vous permet de déclarer les bénéfices de votre salle comme des revenus et d’être imposés à l’impôt sur le revenu. Cependant, votre Entreprise Individuelle n’aura pas le statut de société, signifiant que l’entreprise se fond dans votre patrimoine personnel. Ainsi, en cas de faillite, vos biens privés pourront être engagés et saisis pour effectuer le remboursement des dettes.

De manière générale, les entrepreneurs qui ouvrent une salle de sport optent pour la SARL. Avant de faire votre choix, vous devez prendre en compte la taille de votre entreprise, vos besoins, votre expérience. Il est indispensable de choisir un statut qui répond à votre situation.

Si vous hésitez sur un ou plusieurs statuts, n’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un spécialiste pour vous aiguiller.

Plan dessiné d’une salle de fitness

Les démarches pour créer votre entreprise

Une fois votre statut juridique choisi, vous devez rédiger vos statuts, document qui régit le fonctionnement de votre société, comme le montant du capital, le nom des associés, le type de détention de parts, la relation avec les tiers, etc. Vous pouvez le faire vous-même ou à l’aide d’un avocat ou d’un cabinet comptable.

Ensuite, vous pourrez immatriculer votre société au Registre du Commerces et des Sociétés, en déposant votre dossier d’immatriculation auprès du Centre de Formalités des Entreprises, ou au greffe du Tribunal de Commerce compétent.

Le premier document à joindre est le formulaire M0 de demande d’immatriculation d’une société et autre personne morale, signé et daté. Selon le statut de votre société, trois formulaires existent :

Ce dossier doit non seulement contenir votre pièce d’identité et les statuts de votre société, mais également une  déclaration de non-condamnation et de filiation, qui certifie que vous ne faites pas l’objet d’une interdiction de gérer.

Vous devez de même joindre votre attestation de dépôt des fonds et la liste des souscripteurs. Cette attestation de dépôt de fonds correspond au certificat attestant que vous ou vos associés avez bien déposé les sommes mentionnées sur vos statuts sur un compte bloqué détenu par un tiers (le plus souvent un établissement bancaire).

Vous devez inclure l’attestation de l’avis de publication de constitution dans un journal d’annonce légale, mesure de publicité obligatoire pour informer le public.

Une fois votre dossier complet et transmis au CFE, ou au greffe du tribunal compétent, et suivant sa validation, vous recevrez votre Siret et un extrait Kbis, officialisant la création votre société.

Chapitre 5 :
Trouver, aménager et décorer votre local commercial

Ça y est. Votre business plan tient la route et vous avez convaincu les banques de vous suivre. Vous pouvez à présent entrer dans le vif du sujet, le concret.

Et la première étape, c’est de trouver un local commercial, puis l’aménager et le décorer.

Choisir votre emplacement exact et votre local

Grâce à votre étude marché, vous savez quelle est la zone idéale pour vous implanter. C’est dans cette zone que vous devez chercher et trouver un local commercial.

L’emplacement de votre local devra :

  • Avoir une zone de chalandise importante pouvant remplir largement votre futur club,

  • Être proche d’un point d’affluence, d’une zone d’activités vibrante : proximité avec le centre-ville, avec une zone commerciale, etc.

  • Avoir du passage, être visible dans la zone : au bord d’un axe routier, dans une rue très passante, à proximité de bureaux, évitez à tout prix d’être isolé dans une zone sans passage,

  • Être facile d’accès et avoir de multiples zones de stationnement et des parkings. Pour cela, mettez-vous à la place de votre client-type : la salle est-elle proche de chez lui ou de son travail, est-il facile d’y accéder en transports en commun, est-il facile de se garer ? Rappelez-vous qu’une personne de fera pas plus de 15 minutes de trajet pour une salle de sport.
Analyse de zone de chalandise d’une salle de sport

A partir des critères listés durant votre étude de marché, vous pourrez visitez différents locaux dans la zone, afin de choisir celui qui vous permettra de mettre en place votre concept.

Voici les éléments essentiels à prendre en compte pour choisir votre local :

  • Le loyer : c’est souvent la charge la plus lourde à payer pour un club, car les besoins en espace sont conséquents. Durant la crise du Covid 19, ce sont les loyers qui ont mis de nombreux clubs dans des situations économiques difficiles, forçant un certain nombre de salles à fermer définitivement.Vous devez donc examiner minutieusement les loyers des locaux visités pour éviter de payer trop cher. Le prix de votre loyer doit pouvoir être justifié par la qualité de l’emplacement, la surface du local, sa modernité, par la liberté d’aménagement. À l’inverse, prenez garde aux loyers trop bas, ils peuvent cacher des charges subséquentes énormes, des besoins de travaux réguliers, etc.
  • La surface : concept intimement lié au loyer. Dans l’idéal, optez pour une surface idéale pour votre concept. Ne voyez pas trop grand car cela a un coût, ni trop petit, car vous pouvez vite limiter votre croissance.
  • La modernité du local : isolation, chauffage, ventilation (va-t-on mourir de froid en hiver ? Mourir de chaud en été ?), système électrique, qualité des sols (peut-on laisser tomber des poids, peut-on sauter en groupe sur le sol ?). Tous ces éléments, en plus d’être essentiels, créent des charges. Assurez-vous donc de tout prendre en compte pour faire votre choix.
  • La conformité avec la réglementation ERP : la salle de sport, Établissement Recevant du Public, est un ERP de type X. A ce titre, votre local doit respecter des normes de sécurité, d’hygiène, et d’accessibilité : accès pour les personnes à mobilité réduite, alarme incendie, etc. Nous reviendrons sur les normes à respecter plus bas, mais prenez les bien en compte lors du choix de local, car une mise aux normes d’un local non adapté peut être longue et couteuse.
  • Le parking : c’est primordial, à moins d’être en plein centre-ville ou dans une zone piétonne. Il est recommandé d’avoir des places de parking pour accueillir vos clients, ou au minimum des zones de stationnement.
Schéma dessiné d’une zone d’un club de fitness

Définir l’agencement, la décoration et l’ambiance de votre salle

Après avoir choisi l’emplacement de votre salle, vous devez considérer avec précaution son agencement, sa décoration et son ambiance. Ces trois aspects sont intimement connectés à votre concept et sont cruciaux dans la réussite de votre club.

L’agencement de votre salle

L’agencement, c’est la manière dont vous allez placer les différents éléments de votre salle (machines, zone détente, zone cardio, etc.), selon l’espace disponible et vos envies.

Vos choix d’agencement sont cruciaux pour satisfaire les prospects et fidéliser vos clients. Dites-vous que pour beaucoup de personnes, venir pratiquer du sport est un effort. Par conséquent, vous devez absolument penser votre agencement pour que l’expérience soit la plus plaisante possible.

Quelques règles de base :

  • Soignez la première impression : mettez en place un espace d’accueil agréable, rangé, présenté avec soin, avec du mobilier confortable. Évitez de placer une cage à squat et un banc de développé couché près de l’entrée, car cela vous fera perdre une partie de votre cible, venant pour les cours collectifs par exemple. L’accueil est une zone neutre, qui doit générer une bonne première impression. Si vous devez occuper cet espace avec des machines, privilégiez les machines cardio.
  • Prévoyez une zone avec table et chaise, où vous pourrez vous isoler pour faire un rendez-vous commercial. Cette zone est essentielle, car il est important d’avoir une zone dédiée et agréable où emmener un prospect pour lui demander des informations parfois un peu intimes sur sa santé. Dans l’idéal, prévoyez une zone où deux rendez-vous simultanés peuvent être réalisés.
  • Prévoyez une zone où les adhérents peuvent s’asseoir, feuilleter des revues, se détendre, pour que la salle ne soit pas seulement un lieu de sport, mais aussi de partage.
Dessin d’un projet de salle de sport
  • Aérez les espaces : rien de pire qu’une salle où il n’y pas de place, et où on ne peut pas marcher sans rentrer dans quelqu’un d’autre. Mieux vaut avoir moins de machines, mais un espace d’entraînement agréable. Pensez aussi qu’avec le COVID, de plus en plus de gens valorisent l’espace.

  • Séparez les vestiaires hommes des vestiaires femmes, et prévoyez plusieurs douches et toilettes.

  • Séparez les zones de poids libres des zones de machines guidées : généralement, cela permet de réunir dans des zones des personnes avec les mêmes affinités d’entraînement.

  • Placez des miroirs à certains endroits, mais pas partout. Généralement, ils se situent dans la zone de poids libres. Veillez à bien choisir les miroirs (plus ils mettent en valeur, mieux c’est) et à les associer avec un éclairage adapté.

  • Prévoyez une zone isolée, un peu « cachée », où des personnes peuvent travailler dans la tranquillité, s’étirer, faire des abdominaux.

  • Si l’espace vous le permet, prévoyez une zone « cross training », où certaines personnes peuvent pratiquer un entrainement en poids de corps, ou avec des poids. Cette zone est généralement placée près de la zone des poids libres et des cages multifonctions.

  • Prévoyez une ou deux salles de cours collectifs, en fonction de votre concept.

  • Enfin, prévoyez des zones privées, pour vous et votre staff, où vous pourrez : vous restaurer, vous reposer, disposer des bureaux pour travailler, stocker du matériel, avoir des toilettes privés, etc. Pensez aussi à votre confort et à celui de vos collaborateurs.
Projet de créer une salle de fitness

La décoration et l’ambiance de votre salle

Trop souvent négligées, la décoration et l’ambiance de votre club sont pourtant deux aspects essentiels qui influencent directement la première impression de vos clients et leur expérience dans votre club. Vous devez non seulement leur donner envie de venir s’entraîner dans votre salle, mais surtout d’y revenir et d’y passer du temps.

Quelques éléments importants :

  • Le choix de la peinture des murs (couleurs accueillantes et chaleureuses, couleurs naturelles, dessins originaux et inspirants, etc.).

  • Le choix varié de lumières (lumière flatteuse devant les miroirs, lumières tamisées, lumières chaudes). C’est un point important. Rien de pire qu’une lumière blanche d’hôpital pour s’entrainer. Soyez créatif, utilisez des néons, des leds, rendez l’ambiance chaleureuse.

  • Le choix de la matière de votre mobilier (bois, plastique, fer, cuivre) à l’accueil, dans les espaces collectifs et dans les vestiaires.

  • L’odeur : si votre salle de sport sent le renfermé et la sueur, cela peut ternir l’image de votre concept. Veillez donc à aérer, et potentiellement à placer des diffuseurs d’odeurs dans les vestiaires ou les espaces collectifs.

  • Les éléments de décoration hors fitness : la présence de plantes variées offrant une ambiance plus vivante et naturelle, des livres, de la décoration en fonction de votre thème, etc. Neutralisez l’image cliché des salles de sport qui n’ont comme meuble que de la fonte.

  • Une température adaptée aux zones de votre salle (espace d’accueil, vestiaires, espaces d’entraînements, espace de repos, etc.)

Trop de dirigeants ne savent pas utiliser la décoration pour mettre en valeur leur salle et leur concept. Soigner chaque détail de décoration et créer une salle de fitness avec une ambiance unique et chaleureuse peut radicalement changer la perception de votre club et vous placer au-dessus et autres.

C’est d’ailleurs ce qui fait une grande différence entre les salles premiums, avec parfois des abonnements à plus de 100 euros, et les salles de moyenne gamme ou low cost. Pourtant, pas de différence majeure au niveau des machines. Mais côté ambiance et expérience, les détails changent tout.

Chapitre 6 :
Choisir vos équipements : machines, logiciels, et autres équipements

Il est évident qu’ouvrir une salle de sport implique d’avoir du matériel et des équipements pour s’entraîner.

Mais au-delà des équipement d’entraînement classiques, il y a bien d’autres équipements à prévoir pour que votre salle soit complète.

Les équipements d’entraînement de base

Laroq, Panata, Rogue, Precor, Matrix, Technogym, Star Trac, nombreux sont les équipementiers proposant du matériel de qualité et vous devez bien choisir le vôtre.

Avant toute chose, vous devrez choisir un équipementier (ou plusieurs) et acheter votre équipement en fonction de votre concept de salle de sport, afin de proposer des équipements qui vont répondre aux besoins spécifiques de vos clients et créer l’ambiance que vous voulez.

Voici quelques équipements de base :

  • Équipements de cardio (tapis de course, vélos, rameurs, elliptiques, escaliers, assault bike, etc.),
  • Machines de musculation guidées,
  • Matériel de force athlétique (banc, cages de squats, barres, etc.),
  • Cages multifonctions (tractions, poulies, etc.),
  • Equipements de sport (tapis de sol, sacs de boxe, etc.),
  • Equipements de cours collectifs (steps, élastiques, medecine balls, etc.),
  • Accessoires : sols spéciaux pour laisser tomber des poids, kettlebells, etc.
Logos d’équipementiers de club de fitness

Les équipements pour les services supplémentaires

En plus de vos équipements de base, et en fonction de votre concept, vous pouvez ajouter des équipements supplémentaires, qui vont vous permettre d’offrir plus de valeur ajoutée à vos adhérents. C’est sur ces équipements que reposent de nombreuses salles pour se donner une dimension premium et augmenter leurs prix.

Vous pourrez par exemple vous vanter d’avoir des machines modernes et connectées, adaptées au profil de vos adhérents, en optant pour des machines Egym ou Milon, ou encore promettre la réalisation de l’équivalent de 4h de sport en 20 min grâce à des combinaisons d’électrostimulation (Miha Bodytec, I-Motion, Future Fitness, etc.).

Vous pouvez aussi offrir des outils d’analyse corporelle précis à vos adhérents en proposant l’accès à des balances impédancemètre (eBiody, Tanata, InBody), où encore un entraînement avec une ceinture à pression d’air type Slim Belly.

Les équipements ne manquent pas, à vous de choisir celui qui va servir votre clientèle, et faire briller votre concept !

Les autres équipements

En plus de vos équipements d’entraînement, vous devez prévoir d’autres équipements qui vont eux aussi contribuer à l’expérience proposée au sein de votre club.

Disposez des téléviseurs modernes, reliés à une sonorisation de qualité, qui vont motiver vos clients, diffusant du contenu pertinent et de la musique entraînante. Installez également un système de chauffage et de climatisation qui maintient une température idéale.

Si vous souhaitez avoir un club ou une salle de sport premium, proposez à vos adhérents des équipements haut de gamme pour pouvoir se détendre après leur entraînement, comme une piscine, un hammam, un spa, ou un jacuzzi. N’oubliez pas de proposer des casiers de qualité et des pupitres de chargement de téléphone portable dans vos vestiaires, pour parfaire le confort de vos clients.

Pensez aussi à placer des fontaines à eau et des produits de nettoyage et désinfection des mains et des machines dans les différentes zones de votre club.

Enfin, si vous pouvez proposer des applications smartphone pour rendre l’expérience de votre salle moderne, notez que celles-ci restent facultatives. Prenez ainsi garde à ne pas forcer sur cet aspect ou trop en proposer, au risque de noyer vos abonnés sous de l’information inutile.

Pour garantir un bon fonctionnement et une fidélisation de vos adhérents, vos équipements doivent être modernes et de bonne qualité, respectant les normes de sécurité. Vous devrez donc en assurer minutieusement l’entretien et la maintenance.

Pensez enfin à investir dans un système de surveillance, avec caméra et écrans de suivi.

Exemple de vestiaire de club de sport

Choisir votre logiciel de gestion et votre outil commercial

Pour pouvoir gérer et développer votre salle de sport, vous aurez besoin de deux logiciels essentiels :

  • un logiciel de gestion de vos clients,
  • un outil commercial pour gérer vos prospects.

Le logiciel de gestion vous permet de créer les fiches de vos clients, de gérer vos abonnements, de faire payer vos clients, de suivre vos statistiques, de fournir une carte d’accès à votre club, en soi tout ce qui concerne le bon fonctionnement de votre salle. Ce logiciel est essentiel, car il permet de suivre exactement l’activité du club (qui vient, à quelle heure, pour quelle activité, quel est le taux de résiliation, etc.).

De nombreux logiciels de gestion existent sur le marché, comme MagicLine, Resamania, Heitz, Deciplus, DoinSport, LiberFit, Virtuagym, etc. Ils offrent tous des fonctions proches, mais avec une prise en main différente et des prix variés. A vous de tester et de choisir le plus adapté à votre besoin.

L’outil commercial, ou CRM (Customer Relationship Management), est un outil essentiel pour gérer le suivi et la relance de vos prospects, ainsi que vos performances commerciales. L’outil regroupe automatiquement tous vos prospects provenant de vos différents canaux marketing (site internet, Facebook ads, YouTube, etc.) dans une même base.

L’outil vous permet ensuite de les appeler, de leur écrire, de leur réserver un rendez-vous pour une séance d’essai, de définir s’ils sont abonnés ou non et quel abonnement ils ont choisi. Vous pourrez ainsi suivre de près toutes vos performances commerciales, les différenciant par canal d’acquisition (Facebook, site internet), par commercial, par type d’abonnement, etc.

Actuellement, peu d’outils sont disponibles sur le marché. C’est pour cette raison que chez FitnessBoost, nous avons créé l’outil CRM parfait pour votre salle. Pour le tester, c’est par ici !

Chapitre 7 :
Respecter les différentes réglementations

Ouvrir et tenir une salle de sport, c’est respecter un certain nombre de réglementations obligatoires.

Assurance de responsabilité civile

Lorsque vous ouvrez une salle de sport, vous devez souscrire une assurance de responsabilité civile.

Cette assurance, qui couvre autant votre exploitation (locaux, équipement, etc.) que vos clients et employés, vous protège en cas d’accident, couvrant les dommages corporels comme matériels. Il s’agit ainsi d’une protection matérielle et immatérielle (comme vos données informatiques), mais aussi une protection juridique professionnelle en cas de litige.

L’assurance civile est également un signe de crédibilité auprès de vos clients, celle-ci devant être affichée à un endroit visible de la salle, généralement à l’entrée. Avant de faire votre choix, comparez les prix et établissez plusieurs devis. Des entreprises comme Actiforme sont spécialisées dans l’assurance des métiers du sport.

Conditions d’honorabilité

En plus des diplômes mentionnés en début de ce guide, pour ouvrir une salle de sport, vous, en tant que gérant, devez respecter les conditions suivantes :

  • Ne pas faire l’objet de condamnation crimes et délits – viol, agression sexuelles, violences volontaires, trafic, etc. En clair, avoir un casier vierge.
  • Ne pas avoir fait l’objet d’une interdiction administrative à participer à la direction et à l’encadrement d’institutions et organismes soumis aux dispositions législatives ou réglementaires relatives à la protection des mineurs accueillis en centre de vacances et loisirs, ainsi que groupements de jeunesse, ou ne pas avoir fait l’objet d’une mesure administrative de suspension de ces mêmes fonctions.

Ces conditions, essentielles, pourront être l’objet de contrôles. Notez que votre personnel également doit respecter ces conditions d’honorabilité, en plus de justifier du diplôme d’État correspondant à leur activité et de leur carte professionnelle.

Réglementation d’Établissement Recevant du Public (ERP) : travaux et ouverture

Une salle de sport étant un Établissement Recevant du Public (ERP), vous devez avoir une autorisation de la Mairie pour :

  • Réaliser certains travaux,
  • Ouvrir votre établissement.

Si vous reprenez une salle de sport déjà existante sans effectuer de travaux, alors vous n’avez rien à faire. Mais si vous effectuez des travaux de construction ou d’aménagement dans un établissement ERP ou pour vous mettre aux normes ERP, vous devrez alors faire une demande d’autorisation de travaux pour mise aux normes ERP à la mairie. Pour faire la demande, rendez-vous sur le site du gouvernement.

En tant que salle de sport, vous serez un ERP de type X. Votre établissement devra donc respecter les normes suivantes :

  • Respect des règles de sécurité et d’hygiène,
  • Entretien quotidien des sols et de vos équipements,
  • Accessibilité aux personnes à mobilité réduite ou handicapées,
  • Présence d’une ou plusieurs issues de secours,
  • Présence d’un accès pompier, et d’un dispositif pour éteindre un feu,
  • Présence d’une trousse de premiers secours, ainsi que d’un moyen de contacter les secours,
  • Les vestiaires ne doivent pas empiéter sur le chemin de circulation emprunté par vos clients. Cela signifie qu’ils ne doivent pas être placés dans ou à proximité direct d’escaliers. De même, vous devez fixer vos casiers de salle de sport au sol ou aux parois pour éviter tout déplacement en cas de poussée de foule,
  • Des dimensions spacieuses sont impératives pour un bon aménagement de votre vestiaire sportif. S’il n’y a pas de dimension minimum, vos vestiaires doivent respecter les normes d’accessibilité pour vos adhérents âgés, enceintes ou handicapés et permettre l’utilisation sans obstacles de cet espace.
  • Assurer l’entretien et la maintenance de vos équipements, procédant à une nouvelle homologation à chaque modification ou remplacement d’appareils. Enfin, vos équipements doivent respecter la norme de sécurité NF EN 957, qui prévoit les exigences générales de sécurité vos équipements fixes.

Retrouvez sur ce lien toutes les règles des Établissements Recevant du Public, ainsi que tous les textes réglementaires en rapport avec vos équipements sportifs.

Une fois vos travaux réalisés, et toutes ces normes bien respectées, vous devez demander une autorisation d’ouvrir à la mairie (à effectuer un mois avant la date d’ouverture prévue). La mairie organisera alors une visite de la commission de sécurité qui passera en revue les normes à respecter, et décidera si vous pouvez ouvrir votre établissement.

Si l’avis est favorable, vous recevrez un avis vous l’affirmant officiellement. Si l’avis est défavorable, vous ne pourrez pas ouvrir avant de réaliser une autre visite de la commission de sécurité pour obtenir un avis favorable.

Déclaration d’ouverture auprès de la préfecture

Dès que vous avez l’autorisation d’ouvrir votre salle de sport, vous devrez déclarer celle-ci auprès de la préfecture de votre département dans un délai de trois mois. Cette déclaration permet de recenser votre établissement, mais aussi de vérifier que vos conditions d’honorabilité sont bien respectées.

En cas de doute ou d’incertitude, vous pouvez vous renseigner auprès de la Commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité dont dépend votre salle.

Chapitre 8 :
Être visible et communiquer

Vous y êtes ! Vous avez ouvert ou allez ouvrir une salle de sport dans les prochaines semaines. Vous avez réalisé une belle partie du travail.

Mais le plus dur reste à faire. Vous allez devoir remplir votre club, signer des centaines voire des milliers d’abonnés pour rendre votre business rentable, vous rémunérer, et vivre sereinement de votre passion.

Et le prospects ne viendront pas à vous par magie. Certes, chaque mois, certains passeront devant votre club et viendront poser des questions ou visiter, mais ce ne sera pas suffisant.

Si vous voulez que votre salle de sport fonctionne, vous devez avoir un plan de communication. Attirer des prospects, les convaincre, et essayer de les abonner.

Le socle de votre visibilité : un site web moderne et bien référencé

La base de tout plan de communication de salle de sport, c’est le site internet. Votre site internet sera votre 2ème vitrine.

Si les gens ne passent pas en physique dans votre club, ils découvriront votre site internet, et « feront le tour de la salle » sur celui-ci. Votre site doit donc convaincre autant qu’une visite de salle, et permettre aux visiteurs de se projeter sur le club, l’équipe, les installations, la taille, l’ambiance. Il doit servir votre concept, le mettre en valeur, vous aider à vous différencier de vos concurrents.

Mais un beau site n’est pas suffisant. S’il est invisible, si personne ne le trouve sur Google, alors il ne sert quasiment à rien.

En plus d’être un témoignage de qualité, votre site web doit être techniquement et sémantiquement parfait pour pouvoir se placer dans les premiers résultats de Google et attirer les meilleurs prospects, ceux qui recherchent activement un club de fitness.

Exemple : prenons la ville de Toulouse. Chaque mois à Toulouse, 8100 personnes recherchent « salle de sport Toulouse » sur Google.

Exemple de volumes de recherche pour un club à Toulouse

Qui en profite ? Principalement les clubs de sport dont le site est placé dans le top 5 des résultats. Et les autres, la trentaine d’autres clubs présents dans la zone ?

Ils se partagent les miettes.

Si vous voulez attirer ces milliers de prospects gratuits tous les mois, vous devez absolument placer votre site dans le top 5.

Le référencement naturel (trafic provenant des personnes cherchant sur Google) sera le socle de la visibilité de votre club, car TOUS les prospects les plus qualifiés cherchent leur information sur Google. Il est donc la première étape digitale d’un plan de communication d’une salle de sport.

Chez FitnessBoost, nous aidons près d’une centaine de clubs à se placer au sommet des moteurs de recherche, à attirer des milliers de visiteurs tous les mois, et à vivre plus sereinement de leur club. Vous voulez de l’aide pour créer votre site web ou le référencer ? Réalisez une analyse gratuite !

La publicité Google Ads

La publicité Google Ads est le complément naturel du référencement naturel. Alors que le référencement naturel (SEO) consiste à optimiser son site web pour à termes occuper le sommet des moteurs de recherche, la publicité Google Ads permet de se placer temporairement au sommet des résultats en payant Google.

A chaque clic sur votre annonce, vous payez Google. Cette solution est plus chère qu’investir dans une référencement naturel, mais configurée correctement, une campagne Google Ads est un parfait complément au référencement naturel à ajouter au plan de communication de votre salle de sport.

Exemple de publicité Google Ads pour des clubs de sport

La publicité Facebook & Instagram

Animer vos réseaux sociaux Facebook et Instagram vous permettra de soigner l’image de votre club, d’interagir avec vos adhérents, et de gagner progressivement en popularité. Veillez donc à bien créer et alimenter les pages de votre club sur ces réseaux.

Mais sur l’un comme sur l’autre, vous êtes en vase clôt : les personnes qui vous suivent sont déjà conquises, et ne vont pas s’inscrire plus qu’elles ne le sont déjà.

Grâce à la publicité Facebook / Instagram, vous allez pouvoir diffuser une publicité dans votre zone de chalandise complète, en ciblant le sexe que vous voulez, la tranche d’âge, les intérêts proches du sport, ou encore en reciblant des personnes qui ont visité votre site web par le passé.

Vous pourrez par exemple diffuser une campagne pour une séance d’essai offerte au club, offerte à ceux qui s’inscrivent en cliquant sur la publicité.

Exemple de publicité facebook pour un club de sport

La publicité Facebook / Instagram vous génèrera des dizaines de prospects par mois, prospects que vous recevrez dans votre outil commercial (Boost par exemple), et que vous pourrez appeler et relancer pour tenter de les abonner.

YouTube, Tik Tok

Diffuser des vidéos doit également faire partie du plan de communication de votre salle de sport.

Vous pouvez créer des comptes puis diffuser des publicités sur YouTube et Tik Tok. En plus de toucher des cibles différentes de celles du site web ou de Facebook & Instagram, vous pourrez faire de la publicité vidéo.

Grâce à YouTube et Tik Tok, vous pourrez payer pour diffuser vos publicités vidéo, comme pour une publicité à la télévision. La différence, c’est que les pubs seront diffusées uniquement dans votre zone de chalandise, à l’heure que vous souhaitez, aux personnes que vous souhaitez cibler, et le tout à un prix dérisoire. Pour moins de 100 euros, vous pouvez diffuser des dizaines d’heures de vidéo.

Le marketing traditionnel : Flyers & Panneaux d’affichage

L’avantage de la communication digitale, c’est que les prix sont faibles, et les résultats parfaitement mesurables.

Cela veut-il dire que vous ne devez pas faire de marketing traditionnel ? Pas du tout.

Chaque canal marketing touche une cible différente, d’une manière différente. Et distribuer des flyers et afficher des publicités sur des panneaux est encore une solution qui fonctionne très bien. Ce type de marketing doit faire partie du plan de communication de votre salle de sport.

Si votre local est un peu caché par d’autres bâtiments, les affichages dans les arrêts de bus et sur les panneaux 4X3 sont essentiels. De même, à certains moments clés de l’année (les mois de septembre et de janvier), communiquer sur ces panneaux à des emplacements stratégique vous garantit une visibilité accrue.

Les flyers sont également un bon moyen de communiquer dans les moments clés que sont les mois de septembre et de janvier. Vous pouvez par exemple faire une opération avec La Poste pour distribuer vos flyers dans les boites aux lettres des habitants de votre zone de chalandise. Et pour pouvoir mesurer le retour sur investissement, proposez une offre spéciale sur le flyer en question, offre accessible uniquement aux personnes qui viennent au club avec leur flyer.

Relancer les prospects pour les faire venir au club

Le but de toute votre communication : faire venir vos prospects au club pour un entretien ou une séance d’essai.

Pour cela, la relance est essentielle. A chaque fois que vous recevez un contact via votre site web, Facebook, Instagram ou autres, vous devez l’appeler dans les 5 minutes suivant sa demande, afin de discuter avec lui et de tenter de le faire venir au club.

S’il ne répond pas, vous pourrez tenter de le rappeler les jours suivants, et pouvez envoyer parallèlement un mail, un SMS, ou encore un WhatsApp. Le but n’est pas d’être intrusif et de mettre la pression, mais seulement de créer un premier contact.

Ce travail commercial devra être fait avec un outil commercial comme Boost, afin de suivre parfaitement les prospects à relancer, l’état des processus commerciaux, de mesurer l’efficacité des opérations et des canaux utilisés, etc.

Les performances commerciales font la différence entre un club qui cartonne et un club qui vivote, attendant que les prospects viennent par magie. Intégrez donc immédiatement cela, vous devez investir et passer beaucoup de temps à relancer vos prospects, et ce dès le premier jour de votre ouverture.

Exemple de formulaire de parrainage pour un club de fitness


Mettez en place un système de parrainage

Dernière stratégie commerciale à utiliser absolument : le parrainage.

Personne ne vend mieux votre concept que vos propres clients. Incitez-les donc à venir s’entrainer avec des amis en mettant en place un système de parrainage. Le principe est simple : pour chaque personne qui s’abonne suite à la recommandation d’un client, le client en question obtient un cadeau : un mois offert par exemple.

Toutes les salles de sport utilisent ce système, car il permet d’attirer énormément de nouveaux adhérents à moindre coût.

Une autre stratégie proche consiste à mettre en place un jour spécial, par exemple le samedi, où chaque adhérent peut venir s’entraîner avec un ami non abonné (l’ami non abonné ne pouvant profiter de cette offre qu’une seule fois par mois). Cela vous permet d’avoir de nouveaux visiteurs dans votre club, sans aucun coût.

Vous savez à présent comment ouvrir une salle de sport, de la création du concept à la signature de votre premier client. En suivant à la lettre notre guide, vous devriez pouvoir mettre sur pieds le projet de vos rêves !

Et si vous avez besoin de plus d’informations ou d’un accompagnement, un consultant FitnessBoost pourra vous accompagner, notamment en organisant une consultation.

Apprenez comment faire décoller votre club :

Nos autres articles